histoires de Carène

Envoyez-nous vos Histoires

Posté le mercredi 20 mai 2020

En attendant le retour de la lumière et des concerts : envoyez-nous vos Histoires de Carène !

Un souvenir impérissable, une anecdote farfelue, une rencontre mémorable, une histoire ou une photo, une vidéo ou de l’audio, un moment de vie dans les studios ou tout simplement ce grand plaisir d’être devant ou sur la scène de la Carène.

C’est peu de le dire, il s’en passe des choses ici !

C’est justement le moment idéal pour revivre ces moments avec vous, sourire, rire, faire whaou, se dire "je m’en souviens aussi !" puis "vivement que ça recommence !".

Alors, envoyez-nous vos histoires de Carène, par mail ICI

👉 Sur Instagram avec le #histoiresdecarène, en n’oubliant pas de nous taguer @lacarene.brest, pour que l’on puisse repartager !

********************************************************************
Notre chargée de communication, Mathilde, vous raconte une histoire de Carène  :

Un jeudi soir avec Les Melvins :

« Je n’ai jamais eu l’âme d’une fan mais quand même... certaines perspectives de rencontres peuvent tout de même vous chambouler et vous mettre des papillons dans le ventre. Pour ma part, partager un moment en off avec les Melvins restera vraiment une histoire de Carène mémorable !
Les Melvins c’est ce groupe culte incontournable, formé en 1983, qui évolue entre punk dément, rock barré et noise, avec à la barre Buzz Osborne, un mix entre un ours et une loutre coiffé d’un champignon atomique et Dale Crover, un authentique gentleman et probablement le plus bel exemple de hard rock expérimental.
Ce combo, précurseur de la scène grunge, a fortement inspiré Kurt Cobain et Nirvana. Kurt Cobain était un grand fan des Melvins, ils ont joué ensemble, il a "poussé des caisses" sur certains de leurs concerts et a même passé une audition pour intégrer le groupe. Toute une époque, une époque grunge qui a marqué mon adolescence !
Ce jeudi soir, après un concert mémorable dans le Club de La Carène, je suis montée en loge, je me suis faite toute petite devant Buzz, impressionnée par sa prestance, il n’est pas resté longtemps. L’ambiance s’est très vite détendue, et après deux verres de bordeaux, mon anglais approximatif est devenu bien plus fluide. Avec le reste du groupe, nous avons beaucoup ri, nous avons bu le french wine so delicious, nous avons beaucoup parlé, de tout et de rien ! Bref, j’ai fini par inviter Dale Crover (mon idole), sa femme et ses enfants (oui, ce n’était pas un plan drague, désolée) en vacances à la maison... l’invitation est toujours de mise, je les attends ! »

THE MELVINS - jeudi 4 octobre 2018